La journée typique

Réveil 7h, cela permet de profiter un maximum des courtes journées que nous offre Mr. Janvier. De toute façon, les coqs hurlent à plein poumons depuis 4h30, et les matelas qui se dégonflent lentement mais sûrement ne parviennent plus à nous isoler suffisamment du sol froid et humide. Après 1 à 3 snooze en fonction de la qualité de la nuit et de l'objectif de la journée, nous voilà occupés à empaqueter nos matelas/sacs de couchage/chargeurs et à nous préparer selon les conditions météorologiques de la journée.

8h, Céline attend depuis 15min que Thomas soit enfin prêt à partir. Prochain arrêt: la boulangerie. Pourvu qu'elle soit proche, et de qualité! On s'adapte en fonction des pays: croissants et couques au chocolat en France, mais foccacia et spécialités locales en Italie.

Ensuite, on roule roule roule. Les pauses sont courtes, une photo de temps en temps, un bref échange avec des passants intrigués, mais malheureusement à vélo les pauses amènent le froid, et c'est ce qu'on fuit autant que possible en ce moment.

Courte pause à midi, ensuite on reroule reroule reroule. 

Et paf, il est déjà 16h30, sacré Janvier ! Temps de trouver un endroit où loger/planter la tente. Car à 18h, il fait noir, et puis il y a le couvre-feu ! 

Menu pour le souper: des pâtes, mais alors pas qu'un peu. La règle des 125g/pers ne s'applique pas à nous on vous assure. On profite de ce temps pour faire un recap de la journée et de l'itinéraire du lendemain.

Hop, 21h dodo car demain est une autre destination ! Et la nuit porte sommeil !

Le moral dans tout ça

On le savait, les premiers mois seront difficiles, le corps doit s'habituer au nouveau rythme, à l'effort et l'inconfort de l'hiver. Mais sincèrement on se débrouille plutôt bien! et même si les cuisses crillent de temps à autre, et que nous ne sommes pas encore rassasiés de soleil, cela ne nous empêche pas de profiter des paysages variés qui s'offrent à nous.

Le COVID

Omniprésent et (presque) omnipotent, il régit plus que l'on ne le prévoyait nos journées. Quel que soit le pays (mais cela nous marque assez fort en ce moment en Italie), il faut briser une certaine épaisseur de crainte/froid/appréhension avant de pouvoir aborder les gens "comme avant", et régulièrement nous ne parvenons simplement pas à aborder les gens. C'est assez frustrant, et d'autant plus quand nous pataugeons avec la langue nationale. Mais quand nous parvenons à rajouter un peu de bonne humeur dans le quotidien des gens qu'on rencontre, le boost de vie est contagieux !

Le covid implique également qu'il faut s'habituer à découvrir des villes sans leurs animations habituelles, et sans passer par les cases bars/restaurants, ô combien attrayantes. On se rend compte de l'importance du tourisme dans l'activité de certaines villes, voire regions. Mais surtout à quel point l'Homme est le meilleur ami de l'Homme (à méditer !). Nous devons également adapter notre itinéraire en fonction des zones rouges/jaune/vert/orange. Bref, ce virus nous en fait voir de toutes le couleurs!

Les rencontres

Si les derniers paragraphes vous ont donné une impression que notre périple n'est pas une partie de plaisir, détrompez-vous. Les journées sont parfois dures certes, mais nous prenons énormément de plaisir à découvrir ces régions, et à apporter un peu d'inédit dans le quotidien des personnes qui croisent notre route. Et comme à chaque fois, c'est au moment où l'on s'y attend le moins que l'on fait les rencontres les plus inoubliables, et qu'on est agréablement surpris par la bienveillance et l'hospitalité des gens!

La relativité de l'espace-temps

Je tenais à terminer cet article par ce chapitre qui ne comportera aucune équation rassurez vous, mais une constatation mûrie pendant cette 12 derniers mois. C'est peut-être un aparté du thème initial. Mais après tout, si vous êtes encore occupés à lire cet article c'est que vous avez un peu de temps devant vous, non? En parlant de temps...

L'espace et le temps sont selon moi autant indissociables dans le domaine de la physique que dans notre quotidien. Un confinement dans son chez-soi peut nous amener à réaliser à quel point les journées sont remplies de secondes, et à replacer le curseur vers du temps de qualité, alors que la veille encore on peinait à trouver le temps de placer tous nos rendez-vous à gauche à droite.

En contemplant les jours écoulés depuis notre départ, le 2 janvier, nous ne savions dire si il avait été long, ou court. Si nous avions été loin, ou pas. Comme si à travers le nouveau rythme que l'on s'était fixé en voyageant à vélo, l'espace-temps avait enfin retrouvé un équilibre dans nos vies.

 

N'hésitez pas à nous laisser des commentaires et/ou des questions, nous nous ferons un plaisir de les parcourir et/ou y répondre. 

Ciao,

Céline et Thomas

 

 

 
 

Blog - Dernière modification le 15 juin 2024

114 commentaires pour cet article:


Laissez-nous un message:

L'adresse email ne sera pas publiée. Elle nous permet d'afficher votre icone Gravatar si celle-ci est définie.